Génocide au Cambodge, Rithy Panh

Génocide au Cambodge

C’est un sujet que je n’ai jamais vraiment abordé sur ce blog. Je n’ai aucun mot pour l’écrire, tout reste sous forme de sensations violentes, je n’ai aucun mot rationnel à mettre dessus. J’ai lu le livre L’élimination de Rithy Panh il y a un an. Je n’en n’ai fait aucun billet ici, juste une allusion dans un billet sur la démocratie. J’ai lu plusieurs livres sur le sujet mais je reste muette.

Quand je décidai d’aller en Asie du Sud Est en 2007 j’avais bien sùr le Cambodge en tête. Une fois au Viet Nam je ne pouvais me décider. Une peur irrationnelle m’étreignait ; en effet aucun danger àaller au Cambodge, ce n’était que la représentation de ce génocide. Je cherchais et trouvais un couple de filles (1) sympas qui l’avaient programmé, je m’accrochais aux wagons.

Je reviens sur le sujet car il est à nouveau question dans l’actualité de ces crimes : demain aura lieu la crémation de Sihanouk, mort en octobre 2012, à cette occasion une émission a abordé le sujet du génocide le 1er février. J’ai appris à cette occasion un crime qui avait été passé sous silence : les mariages forcés en régime Khmers rouges.

Dans cette vidéo le Cambodgien qui témoigne dit que l’Angkar (l’organisation) avait des yeux comme les ananas. On sait par différents témoignages que l’Angkar cachait des espions sous les maisons (2) pour écouter tout ce qui s’y passait et agir en conséquences, ceux qui se conduisaient « mal » allaient en camp de redressement, ou étaient exécutés.

Mes nouvelles amies et moi nous sommes données rendez-vous à Phnom Penh ; faisant halte à Ho Chi Minh je m’enquis de livres en français sur l’extermination au Cambodge, et en lisais ainsi plusieurs en quelques heures.

Rithy Panh

Dans L’élimination, Rithy Panh témoigne de son vécu d’adolescent de 13 ans chassé de Phnom Penh avec tout le reste de la population. Ses parents moururent de faim en 6 mois. Avant d’écrire ce livre il fit beaucoup de films et documentaires. Ce n’est que récemment qu’il put écrire sa propre histoire au travers d’une interview de Duch en procès. Ce dernier se livre dans son intimité, dans sa bonne conscience. Il est un homme instruit. En fait il eut pu être de ceux que l’Angkar désignaient comme le nouveau peuple, les gens cultivés ayant fait des études, fonctionnaires, dirigeants de sociétés, intellectuels  qui étaient les premières cibles de la destruction. N’étaient considérés que l’ancien peuple : les paysans. Cultiver la terre pour faire croitre le riz étant la seule activité noble et digne d’être accomplie. Le Cambodge avant les Khmers Rouges exportait son riz dans toute l’Asie. Les Cambodgiens moururent de faim sous le régime et n’a pu encore à ce jour rattraper la production qu’elle avait avant.

Les Khmers rouges opéraient rationnellement, comme une obsession : nettoyer. Comme on nettoie un sol ou des casseroles, rationnellement, avec méthode. Mais les humains ne sont pas des choses.

Les Khmers Rouges étaient reconnus et représentés (en particulier par le Duch) aux Nations Unis en tant que représentants du Cambodge. Le procès des Khmers Rouges à commencé en aout 2009.

L’INVITE » de TV5MONDE présenté par Patrick SIMONIN le 16/01/12 :

Intervenant au débat FIFDH 2012 intitulé « Khmers Rouges »

_____________

(1) Homosexuelles, elles avaient chacune adoptée une fille Cambodgienne

(2) au Cambodge les maisons sont sur pilotis