Malades et vieux le plus fort est le gout de voyager

Malades et vieux

Pire que moi existe, je l’ai rencontre hier. Elle, un peu plus de 80 ans, lui 85 est atteint d’une maladie de cœur et surtout d’un cancer généralisé, peu importe jusqu’au bout ils parcourent l’Asie.

Il y a trois ans son médecin lui laissait entendre qu’il ne lui restait plus que 6 mois, son cancer de la prostate, pris un peu tard, s’était généralisé ; cela ne l’empêcha pas de partir, comme d’habitude vers l’Asie, et surtout cette Chine qu’il aime et admire. Un peu plus tôt il avait fait un infarctus grave en Chine, dans un village perdu, puis rapatrie sur la ville la plus proche, une femme médecin chinoise l’avait veille jour et nuit, auscultant ses pouls plusieurs fois par heure elle l’avait sauve ; plus tard direction Hong Kong puis la France : aussitôt rétabli, il repartit avec sa femme.

Ils sont en pleine forme, je peux vous l’affirmer, à le voir personne n’imaginerait son état, sa tête est claire, une canne car un genoux opéré il y a peu, ils sont pleins de projets pour cette année. Il sont reste 3 mois en France cet été, ils n’ont plus de « chez eux » en France, ils vont d’amis en hôtel, leurs affaires repartis chez les uns les autres.

Voyager en Asie

Nous nous trouvons d’accord sur bien des points, la Chine est leur point de mire, un peu comme moi, sauf qu’ils l’ont fréquente souvent dans de longues périodes ; ils me décrivent les Chinois chaleureux et cultives, bien plus que les Thaï, ils seraient prêts a m’entrainer sur ces routes, pour l’instant j’ai un autre projet (Na Trang), on verra plus tard.

Comme moi ils se moquent des Occidentaux « illuminés » adeptes d’un bouddhisme qui n’existe pas, comme moi ils disent que Bouddha est déifié par les Asiatiques ; comme moi ils se moquent des adeptes de médecines douces, comme moi ils pensent que les drogues fiers de leurs achats sont fous de risquer 20 ans de tôle quand ils ne meurent pas d’overdose sur place ; comme moi ils ont choisi de ne pas aller en Inde.

Autodidacte comme moi, épris de justice, nous nous sommes guides dans nos recherches et lectures selon notre curiosité notre avidité de comprendre les autres cultures, d’observer les différences et les constantes de l’Humain partout sur la planète. Un « instruit » classique a été mis sur des rails des l’adolescence et il ne les quitte pas ; ses maitres lui ont donne des bases qu’il garde siennes, alors que l’autodidacte est libre d’aller ou bon lui semble dans ses apprentissages, au gré de son désir.

Et même si nos routes diverges, nous resterons en contact, je pense à elle qui bientôt sera seule ; comme moi aussi des enfants qui jugent, qui ne prennent plus de nouvelles, qui s’en foutent si en vie ou mort…