Étiquette : aéroport

Thaïlande : la mauvaise réputation des touristes chinois

Touristes Chinois en Thaïlande Des temples de Louxor aux hôtels parisiens, les touristes chinois ont acquis, à tort ou à raison, une solide réputation de gens aux mauvaises manières. Mais c’est peut-être en Thaïlande qu’ils sont le plus décriés. Avec près de cinq millions de touristes, la Chine représente cependant la plus importante manne financière pour la Thaïlande. L’an dernier, certains touristes chinois ont été liés à une longue série d’incidents, photographiés ou filmés, puis répercutés sur les réseaux sociaux. Il y a eu toute une controverse à propos de l’utilisation inappropriée des toilettes à l’intérieur d’un temple bouddhique du nord de la Thaïlande. Le gérant du temple a même été jusqu’à interdire pendant une courte durée l’entrée du temple aux Chinois. Parmi les autres incidents, un Chinois qui frappe du pied une cloche dans un temple bouddhique – ce qui représente une très grave offense pour les Thaïlandais – ou encore, des demoiselles chinoises faisant sécher leurs sous-vêtements sur les sièges de l’aéroport. Il existe un contraste assez frappant entre d’une part l’attitude culturelle en Thaïlande, qui, généralement met en avant le respect et la discrétion et, d’autre part, la décontraction bruyante des Chinois. Cela concerne souvent des atteintes à des lieux religieux, auxquelles les Thaïlandais sont très sensibles. Cela semble montrer, en outre, à quel point le bouddhisme est tombée en désuétude en Chine. Le tourisme maintient l’économie thaïlandaise Mais la contribution financière des touristes chinois à l’économie thaïlandaise étant significative, certaines actions ont été entreprises pour améliorer la situation. Les Chinois représentent désormais 20% des touristes en Thaïlande. Or, le tourisme est l’une des rares activités économiques qui se maintient dans le royaume. La junte thaïlandaise veut donc maintenir et même augmenter le nombre de Chinois visitant le pays, mais en limitant l’impact négatif. Parmi les mesures prises,

Continuer la lecture

Pourquoi le monde laisse t-il mourir les Rohingyas ?

Pourquoi le monde laisse t-il mourir les Rohingyas ? Ce vendredi, le « Sommet spécial sur la migration illégale dans l’océan Indien » s’est tenu à Bangkok, avec des représentants de 17 pays impliqués dans le processus de Bali sur la traite des êtres humains, des ONG, des observateurs (Japon, Suisse, USA). Une occasion de se frotter au cirque médiatique du hard news en Asie et de se faire une idée sur ce genre de rencontres internationales qui ponctuent l’actualité. Aussi, je voulais savoir s’il y avait une chance que le sort des Rohingyas s’améliore grâce à ce focus, après avoir visité Ranong, une des plaques tournantes du trafic de migrants dans le golfe de Thaïlande il y a quelques mois. La réponse est non, car tant qu’ils ne sont pas reconnus comme êtres humains avec des droits, rien ne changera. J’arrive vers 15h30 à l’hôtel de luxe Anantara Siam, au coeur de Bangkok, ayant fait l’impasse sur le discours d’ouverture du ministre des Affaires étrangères le matin, plein d’expressions vaguement humanistes, disponible via ce lien (en anglais). Le message principal est qu’il faut se « partager le fardeau« . Environ 400 journalistes dont 100 caméras sont massés dans les salons du palace, par terre, dans les canapés, affairés à écrire leur histoire d’avance où il n’y aura plus qu’à remplir les blancs avec la petite phrase du Birman intransigeant, de l’Américain volontariste ou du Thaï placide, qui deviendra le titre de tous les articles du monde dans quelques heures grâce au pouvoir des agences de presse. La rencontre a lieu à huis-clos et il faut attendre la conférence de presse en fin d’après-midi pour boucler la journée. Je discute avec Phil Robertson, d’Human Rights Watch, machine médiatique. Tous les journalistes le connaissent et l’interviewent constamment sur les problématiques humanitaires d’Asie du Sud-Est car

Continuer la lecture

Réservations en tout genre pour mon voyage en Asie

Ultimes réservations pour la préparation de mon voyage en Asie Achats les guides : j’ai acheté cette année Thaïlande et Bali sur amazone, pour rafraichir mes infos (j’en avais plus depuis Avril 2008). Surtout j’ai besoin de trouver une GH confortable à Chiang Mai, et p’t une nouvelle à Ubud… à voir. Réservations les visas : mauvais début. Temps trop court pour les deux visas (Bali et Thaïlande). J’ai envoyé les papiers à actions-visas le lundi (lendemain de mes achats d’avion). Message sur mon répondeur… incompréhensibles… j’en n’ai pas dormi car j’avais cru comprendre que toutes les ambassades étaient fermées… ouf non, juste manque de temps pour les 2. J’ai du choisir entre Thaïlande et Bali ; j’ai choisi le visa Thaïlande car les flics de la frontière sont pas des joyeux drilles, je prendrai le visa de Bali à l’aéroport de Denpasar. le change : là j’ai flippé. Ma banque (La Poste) demandait 3 semaines pour avoir des chèques voyages, oui au fait c’est la première fois que je prends des chèques voyages avant de partir, j’ai des achats à faire, le fric liquide sur moi en permanence en octobre j’ai un peu flippé, et les distributeurs ne sont pas toujours viables. J’ai pris le routard aux infos générales sur leur site et j’ai trouvé American Express : je n’y ai pas de compte et leurs agences sont à Paris ou Nice : mauvaise pioche. J’ai finalement trouvé national change a qui j’ai fait un virement, je dois recevoir les chèques en euros (pourquoi faire 2 changes € > $ > puis monnaie locale) par courrier sécurisé. Guest house : pioché dans le routard quelques adresses à Chiang Mai à qui j’ai envoyé des mails. Pour Chiang mai je crois que j’ai trouvé (500 bahts/jour, un peu cher, mais

Continuer la lecture

Programme de mon voyage hiver 2010 en Asie

Les achats de billets sont faits Comme je n’ai toujours pas internet à ma boutique et trop épuisée le soir en rentrant j’ai du attendre un dimanche chez moi pour faire mes choix de réservations de vols. Ce ne fut pas une petite affaire…déjà choisir où aller faire mes achats cette année. J’ai beaucoup hésité. Il faut bien dire que j’attendais les réactions des quelques clients qui se sont « aventurés » dans ma boutique pour décider. Les réactions sont tout à fait positives, même ils en veulent plus et plus, encore et encore… j’ai fait une liste de tout ce qui manque… Aller directement à Chiang Mai Alors j’ai décidé d’en plus de Chiang Mai (dans les villages artisans) où déjà j’étais sûre d’aller, de rajouter Bali. Il me fallait assez de temps dans chaque lieu en rajoutant Bangkok bien sûr, j’ai décidé de partir 10 semaines (4 semaines à Chiang Mai, 10 jours à Bangkok, 4 semaines à Bali, 4 jours à Bangkok). Le programme est le suivant : lundi 11 janvier (je vous rappelle que nous avons 6 heures (en hiver) de décalage horaire avec Bangkok (PAR 0h > Bangkok +6h) taxi à commander train SNCF 8h47 qui m’amène jusqu’à Roissy directement à 11h31 envol vers Le Caire (c’est la première fois que je passe par Egyptair) à 15h10 première escale au Caire de 20h40 à 22h40 d’où je m’envole pour Bangkok arrivée 12h00 escale pour un changement (Airasia) vers Chiang Mai à 15h50 arrivée 17h00 (quel jour ? j’en sais rien mais faut que je trouve pour la réservation de la GH) d’une traite donc entre chez moi et Chiang Mai ; c’est plus simple que de m’arrêter à Bangkok et de revenir quelques jours plus tard au même aéroport ; reste la guest house à trouver et

Continuer la lecture

Aéroport de Bahreïn puis arrivée à Bangkok

Arrivée à Bangkok Déjà changement de clavier il faut se réhabituer, pas d’accent, le « a » à la place du q, les « … » sans shift, « and so on », de plus l’éditeur nouvelle version de WordPress j’ai bien cru ne plus pouvoir rien écrire avec son ouverture qui n’est pas fidèle, le titre est aussi haut, enfin un peu compliqué à vous expliquer. (1) Il fait chaud à Bangkok, fin de la saison des pluies sans pluie c’est un peu l’étouffoir. Pas de touristes dans les rues, ils sont tous restés chez eux ou sont partis ailleurs à cause des événements en Thaïlande (manifestations et occupation d’une partie de la ville depuis des semaines). Tant pis pour eux, tant mieux pour moi, mais je plains les gens qui vivent du tourisme ici pas de bahts a empocher. Le peu de Thaïlandais à qui j’ai demandé m’ont répondu que les « protests » ne les intéressaient pas et faisaient une tête de désapprobation. Dans les journaux les titres des journaux en anglais ne parlent que des controverses entre les différents ministres sur les solutions que chacun proposent. Hier le taxi qui m’amenait de l’aéroport s’est heurté à des barbelés mis en protections pour barrer des rues, des policiers harnachés de fusils mitrailleurs protégeaient les ponts, leur mine n’était pas enthousiasme pour cette mission, ils avaient plus l’air de penser à autre chose, ou faisaient grise mine. j’irai à pied me balader pour en voir plus. Le voyage fut épuisant L’année dernière (2007) j’avais pris la Finnair qui permet d’avoir une nuit entière depuis Helsinki jusqu’à Bangkok, par les Émirats, arrêt a Bahreïn le soir vers 20H, le temps de l’installation le repas est servi vers minuit, reste peu pour dormir, les lumières se sont éteintes pas avant 2H du matin, puis la descente, le jour

Continuer la lecture