Étiquette : femmes

Habiter sur le Mékong ou ses rives

41 photos pour voir les maisons où vivent les Vietnamiens sur le Mékong J’ai pu photographier (en cachette) la vie quotidienne dans un village Cham plus particulièrement la cuisine au sol (ils font tout accroupis dans les rues aussi). Une habitante nous montre jusqu’où monte le Mékong dans les maisons durant les crues annuelles. Les Cham sont l’ethnie la plus ancienne du Vietnam dont le territoire était le centre du Vietnam et ils sont plus nombreux au Cambodge, le territoire s’appelle « Champa », d’origine hindouiste ils se sont convertis à l’islam sous l’influence des marchands arabes avec lesquels ils commercèrent dès le 16è siècle. Les animaux familiers qui vivent proches des humains comme dans une cour de ferme (avant qu’ils soient en batterie chez nous !) : poules, porcs (ils continuent de manger du porc qui est la viande la plus consommée en Asie de l’Est et du Sud-Est), les abeilles qui apportent le miel et pollinisent les plantes. Les femmes sont celles qui rament pour aller et venir sur le fleuve. Car habiter signifie aussi se déplacer et le seul moyen de transport est sur l’eau : la barque à rames ou à moteur, les plus gros bateaux n’étaient pas en usage les années où j’ai parcouru le Vietnam (2007/2008/2009), la barque sert à faire ses courses, à visiter les voisins donc à tous les déplacements du quotidien. Les habitations sont diverses : des maisons-bateaux qui flottent sur les rives du Mékong agrémentées de jardins fleuris, les habitations sur terre ferme qui vont de la simple cabane de bois souvent branlante ou plus solide, à la maison bâtie de pierres et de ciment agrémentée de peinture de couleurs comme les maisons sur l’eau. À remarquer aussi les fils électriques dans des traversées du Mékong qui paraissent risquées (on trouve le

Continuer la lecture

Travailler et commercer sur le Mékong

42 photos pour voir comment on travaille sur le fleuve Mékong à cliquer pour voir un diaporama – Le travail sur le Mékong est surtout d’ordre commercial, marchés principalement, mais aussi le séchage du poisson qui est l’ordinaire de la nourriture quotidienne, et aussi la fabrication des crêpes de riz, le transport des porcs par ferry, et l’épluchage des ananas pour les touristes (qui permet de gagner quelques dongs). Ces photos ont été prises en 2007/2008/2009, le Vietnam a certainement changé depuis. Le Mékong est un fleuve d’Asie du Sud-Est, le dixième fleuve du monde et le quatrième d’Asie au plus grand débit (après le Yangzi Jiang, le Gange-Brahmapoutre et l’Ienisseï), celui-ci atteignant en moyenne 284 km3 d’eau par an. Les chiffres concernant sa longueur varient de 4 350 à 4 909 km, et son bassin versant draine 810 000 km21. Prenant sa source dans le Qinghai (sur les hauteurs de l’Himalaya), le Mékong irrigue successivement la Chine (dans la province du Yunnan), borde le Laos à la frontière de la Birmanie puis de la Thaïlande avant de couler au Laos et de revenir à sa frontière, puis traverse le Cambodge où se forment les premiers bras de son delta, qui se prolonge dans le sud du Viêt Nam où il est appelé traditionnellement le « fleuve des neuf dragons » ou Sông Cửu Long. Environ 70 millions d’habitants vivent directement dans son bassin versant. Il est notamment utilisé pour l’irrigation, comme réceptacle de systèmes de drainage et d’eaux usées, pour la pêche et la pisciculture, la production hydroélectrique (grâce aux barrages comme celui au Yunnan), le transport et la fourniture d’eau pour l’industrie et les particuliers. Il est également connu pour ses habitations et marchés flottants. Une commission internationale2 – le Comité du Mékong (Mekong River Commission) créé en

Continuer la lecture

Assiettes à jeter en feuille d’arbre (invention thaï)

Une trouvaille thaïlandaise : les assiettes en feuilles d’arbre ! Du nouveau dans nos assiettes ! Jetables, compostables et biodégradables, ces plats d’un nouveau genre pourraient remplacer les assiettes plastiques jetables inévitablement utilisées par des millions de personnes et dont un grand nombre termine sa route dans l’environnement. Une invention thaïlandaise à explorer. Il est léger, pratique, de toutes les couleurs et souvent résistant, le plastique est tout autour de nous, central à notre civilisation consumériste. Nous ne l’utilisons pourtant qu’une partie infime de sa vie. Celui-ci met en effet des centaines d’années à disparaître. Le plastique est un produit dérivé du pétrole qui, une fois chauffé, produit le naphta, liquide qui sera transformé par la pétrochimie en plastique. Avec plusieurs milliards de kilos de déchets plastiques déversés dans les océans chaque année et 3,5 millions de kilomètres carrés d’îles de déchets – soit 10 fois la taille de la France – le plastique ne semble plus si pratique que ça. Selon les experts, si nous continuons sur cette route, il y aura d’ici 2050 plus de plastiques en poids dans les océans que de poissons. Avec la mise en danger des écosystèmes marins – 1 million d’oiseaux marins et 100 000 animaux meurent chaque année du fait de l’injection de plastique – et la raréfaction inévitable du pétrole d’où il est tiré, le plastique a du souci à se faire. Partout dans le monde, des chercheurs mettent au point des solutions alternatives et écologiques. C’est notamment le cas de l’équipe de chercheurs en ingénierie industrielle de l’université Naresuan de Bangkok qui proposent une alternative sympathique aux assiettes en plastique. Un jour en Thaïlande, en visitant un temple… Alors qu’elle visite un temple du nord de la Thaïlande, Samorn Hiranpraditsakul, chercheuse en génie industriel, est choquée par les piles d’assiettes et

Continuer la lecture

Bangkok ses marchés de légumes

Bangkok ses marchés de légumes 19 photos – Comme partout en Thaïlande les marchés nous éblouissent par leur abondance de légumes toute l’année, nous sommes sur le tropiques ! À Bangkok comme ailleurs c’est pareil. Ici vous verrez donc les marchés des quartiers. Grands marchés couverts ou petits marchés de quartier de quelques stands. Poissons, poulets Les poissons proposés subissent les 30° ou plus sans avoir l’air d’en pâtir. Mais sans doute faut-il les manger dans les heures de l’achat ? Les poulets nus de plumes, comme chez nous, proposés là que un petit marché de quartier, sont exposés sans complexes par 35° ! Cela peut nous faire peur. Des hommes sortant sans doute du bureau font quelques courses pour la famille, ou sont-ils célibataires ? À Bangkok sur les marchés on trouve des femmes bouchers responsables de leur boutique !

Continuer la lecture

Les gens de la rue en Thaïlande

Photos de gens de la rue à Bangkok et à Chiang Mai J’ai pris des photos de gens de la rue à Bangkok et à Chiang Mai au fil du temps depuis mon premier voyage en octobre 2007. En général j’ai demandé la permission à chacune de ces personnes. Sinon, tel les hommes de dos devant un stand de marché de rue dans un quartier, ils ne sont pas vraiment reconnaissables. Surtout à Bangkok Certains je les ai croisé chaque jour de chaque mois de chaque année : tels ceux qui épluchent les œufs toute l’année, ils sont au dos du marché qui longe un klug du Chao Praya telle cette vieille femme qui trie les bouteilles et les nettoie telle cette femme en blanc qui tient une gargote de rue en famille (elle est morte atteinte d’un cancer, c’est en souvenir que je la mets) tels les femmes travaillant dans la guest house où je me logeais (et ne me loge plus car toute l’équipe et la gérante ont changé, et les nouveaux ne me conviennent plus du tout) Surtout à Chiang Mai D’autres sont prises sur des marchés d’artisanat à Chiang Mai ou ailleurs : une femme qui vend une nappe indigo une autre a qui j’ai demandé son âge (61 ans) et qui ne comprenait pas un mot d’anglais, ses voisins m’ont aidée à échanger avec elle cette figure de femme qui tient un hôtel à Chiang Mai une jeune fille qui travaillait dans un marché à éplucher des légumes une femme rousse plus marquée que j’ai prise un soir sur une gargote de rue où j’aime aller et cet homme dont j’ai un si bon souvenir qui m’a transporté partout à Chiang Mai et ses environs pour faire mes achats

Continuer la lecture