Étiquette : Chemises Jaunes

Deuil National Rues Thailande Janvier 2008

Thaïlande : inconnu après la mort du roi Bhumipol

C’est sans doute l’image que la Thaïlande aurait voulu laisser au monde de son monarque, Bhumibol Adulyadej, décédé ce jeudi à l’hôpital Sirijaj, à Bangkok, à l’âge de 88 ans, des suites d’une insuffisance rénale. En juin 2006, alors que tout le royaume célébrait les soixante ans du règne, Bhumibol était apparu au balcon de la salle du trône, vêtu d’un lourd manteau d’or, aux côtés de la reine Sirikit. Lentement, il avait levé la main pour saluer son peuple et avait esquissé un léger sourire. Face à lui, une foule de plusieurs centaines de milliers de personnes brandissait des portraits à son effigie et criait «Longue vie au roi !». L’émotion était telle que beaucoup de participants, vêtus de tenues jaunes – la «couleur du roi» –, ne pouvaient s’empêcher de pleurer. Et les observateurs étrangers étaient alors bien obligés de constater l’amour unanime, inconditionnel de tout un peuple pour un monarque quasi-divinisé, à la fois incarnation de Bouddha sur terre et «seigneur du territoire et de la vie» dans la tradition hindouiste. Magie brisée Mais entre le jubilé d’or de 2006 et 2016, le chaos qui a prévalu dans le monde politique thaïlandais a abouti à une érosion du prestige de la famille royale. L’image de Bhumibol a été utilisée sans vergogne par les Chemises jaunes, les opposants au populaire Premier ministre Thaksin Shinawatra qui a dirigé le pays de 2001 jusqu’au coup d’Etat de 2006. Le roi a entériné ce coup d’Etat ainsi que le putsch du 22 mai 2014 qui a éjecté un autre gouvernement pro-Thaksin. Cette politisation du monarque, plus ou moins à son corps défendant, a brisé une certaine magie. Bhumibol n’est plus apparu comme le ferment national de l’ensemble du peuple thaïlandais, mais simplement comme l’idole adulée d’une partie, majoritaire sans aucun doute, de la population. Les Chemises rouges, ou partisans

Continuer la lecture

Thaïlande : la junte prolonge la loi martiale

Les élections législatives en Thaïlande, qui devaient avoir lieu l’an prochain, ont été repoussées à 2016, a dit jeudi le vice-Premier ministre et ministre de la Défense du gouvernement militaire au pouvoir depuis le coup d’État de mai dernier. Selon Prawit Wongsuwan, des éléments hostiles à la junte, qui s’est auto-baptisée Conseil national pour la paix et l’ordre, sont l’une des raisons justifiant ce report. « Nous serons en mesure d’organiser des élections aux alentours du début de l’année 2016 une fois que la Constitution aura été ébauchée », a déclaré le vice-Premier ministre à des journalistes. « Pour l’instant, il y a des éléments opposés au Conseil national pour la paix et l’ordre. » « Nous ne demandons pas grand chose. Juste un an pour résoudre les problèmes passés », a ajouté Prawit Wongsuwan. Le chef du gouvernement, Prayuth Chan-ocha, avait déjà laissé entendre que les élections ne se tiendraient pas comme prévu à la fin 2015. La semaine dernière, la junte a également annoncé que la loi martiale ne serait pas levée dans un proche avenir, contrairement aux promesses initiales de la lever dans certaines provinces pour favoriser une reprise du tourisme. L’armée a justifié son coup d’État du 22 mai par la nécessité de rétablir l’ordre après six mois de violentes manifestations des « chemises jaunes » royalistes qui ont eu raison de la chef du gouvernement Yingluck Shinawatra, arrivée au pouvoir par les urnes. Ce putsch est un nouvel épisode dans la crise que connaît le pays depuis une décennie et qui oppose d’une part les « chemises rouges », partisans de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, frère de Yingluck renversé par l’armée en 2006, et d’autre part la classe dirigeante royaliste « chemises jaunes ». Selon l’organisation Human Rights Watch, la Thaïlande « semble être tombée dans un puits sans fonds ». « Six mois après le coup d’État, les critiques font systématiquement

Continuer la lecture

Chemises Jaunes Chemises Rouges Thaïlande

Les « Chemises » en Thaïlande Je vais essayer ici de vous expliquer ce que sont les Chemises Jaunes et les Chemises Rouges. La Thaïlande ne fonctionne pas selon les critères gauche et droite, mais par clientélisme. La plupart des leaders politiques sont d’abord des hommes d’affaires qui ont formé des circuits relationnels qu’ils vont confirmer une fois ministre fric à l’appui. La corruption est la règle. Elle sévit partout. Toutes les plages sont tenues par des mafias. Les militaires ne sont pas en reste. La corruption est commune dans toute l’Asie du Sud-Est. La Thaïlande a, depuis la 2de guerre mondiale, joué sur tous les tableaux diplomatiques. S’associant tour à tour ou à la fois avec les Britanniques, les Japonnais puis les États-Unis pour ne pas être classé parmi les vaincus, s’établissant base de décollage durant la guerre du Viet Nam pour les avions EU et base de repos (Pataya) des GI, gardant toujours de bonnes relations avec la junte birmane, gardant ses distances avec le Viet Nam et abritant les Khmers rouges. La Thaïlande a joué sur tous les tableaux en oubliant d’avoir des relations diplomatiques avec ses voisins immédiats mais faisant parti de l’ASEAN. Le roi constitutionnel Bhumibol Adulyadej né en 1927, couronné en 1950, dynastie de Rama IX, est le protecteur du bouddhisme thaï et le dirigeant politique le plus riche du monde (23 milliards $). Chemises Jaunes Le jaune est la couleur préférée du roi c’est pourquoi elle fut choisie par le parti démocrate (PAD) en 2006. Ce parti est celui des classes aisées et diplômées de la capitale Bangkok. C’est la classe sociale que les militaires ont toujours soutenue, à l’aide de relations corrompues à tous les niveaux. La bureaucratie est le bastion de ce conservatisme refusant tout changement, arrogante de ses pouvoirs elle fut toujours

Continuer la lecture

Lutte des classes en Thaïlande

Préambule Je vous livre ici mon point de vue (personnel donc) sur ce qui se passe en Thaïlande depuis plusieurs années. D’abord ils vous faut oublier nos références « gauche » et « droite » (références de la Révolution française adoptées par le monde entier : à gauche de l’Assemblée révolutionnaire les Montagnards, à droite les Royalistes), elles n’existent pas en Thaïlande. Cependant on les retrouve dans les classes sociales concernées. Les informations que je vous livre ici sont pour partie sur le vif (échanges de Thaï avec moi, lecture du Bangkok Post, impressions et visuelles) et une sorte de bilan que j’en ai tiré personnellement après évolutions que je vous livre. ____________________________ La première fois que j’ai appris concrètement ce qui se passait en Thaïlande date de l’automne 2008 Voyant tous ces « braves gens » motivés, qui de plus, intéresses par la présence d’une Occidentale dans leur occupation m’ont donné une vidéo montrant les brutalités policières, j’ai eu de la sympathie pour eux, je trouvais leur gouvernement si brutal à leur égard que cela ne pouvait que forcer ma sympathie. Ces occupants montraient de plus une adhésion inconditionnelle au roi dont je n’avais que des informations orientées, mais ne le savais pas encore, : j’étais persuadé que ce roi, que tous les Thaïlandais vénéraient, ne voulait que le bien de sa population. J’avais entendu qu’il avait fait « du bien » à sa population. Tous ces gens n’avaient pas encore pris le nom de Chemises Jaunes. Le Jaune est la couleur préférée du roi c’est pourquoi ils l’adoptèrent quelques temps plus tard, dans un premier temps les partisans de ce courant politique portaient des teeshirts jaunes dans les rues. Au fil des années j’ai mieux connu les Thaïlandais, surtout par observations, car je ne connais pas un mot de leur langue et eux 3 mots d’anglais : il est

Continuer la lecture

Une manifestation de Jaunes à Bangkok

Manifestation de Jaunes à Bangkok 9 photos – Ici une manifestation de Jaunes à Bangkok. Je dois préciser que ce n’est pas ma tendance politique concernant la Thaïlande, j’ai plus de sympathie pour les Rouges. Mais me promenant dans un marché de fleurs (dont je n’ai pris aucune photo troublée par cette manifestation) tout à coup des hauts-parleurs gueulent. Et voilà ce que je vois arriver : une manifestation de Jaunes. Toujours avec mon appareil photo à portée de main voilà ce que j’ai pris sur le vif. L’avant dernière photo représente un meeting (préparé ou spontané aucune idée) dont il était impossible de voir le protagoniste qui, j’ai supposé, parlait d’ailleurs (courant en Thaïlande ils font des meetings avec des portables). Je peux vous expliquer les tendances politiques principales (Rouges et Jaunes) en Thaïlande mais je l’ai déjà fait dans le billet en lien plus haut : extrait Chemises jaunes « Le jaune est la couleur préférée du roi c’est pourquoi elle fut choisie par le parti démocrate (PAD) en 2006. Ce parti est celui des classes aisées et diplômées de la capitale Bangkok. C’est la classe sociale que les militaires ont toujours soutenue, à l’aide de relations corrompues à tous les niveaux. La bureaucratie est le bastion de ce conservatisme refusant tout changement, arrogante de ses pouvoirs elle fut toujours le pilier des coups d’état militaire. » La dernière photo a été prise sur le bateau de transport en commun sur le fleuve de Bangkok Chao Praya : c’est un appel ralliement aux Jaunes.

Continuer la lecture