Étiquette : violence

Sept morts dans une série de violences dans le sud de la Thaïlande

Cette région est en proie à un conflit, oublié sur la scène internationale, qui a fait plus de 6 300 morts depuis 2004. Trois personnes ont été tuées et une dizaine d’autres blessées dans l’explosion de quatre bombes dans l’extrême sud de la Thaïlande, a annoncé samedi la police. Une moto piégée a explosé vendredi soir devant un bar à karaoké à Sadao, dans la province de Songkhla, faisant trois morts et quatre blessés. Dans la province de Narathiwat, trois bombes ont explosé vendredi, dont l’une dans un bar à karaoké dans le district de Sugnai Kolok qui a fait huit blessés. Peu avant minuit, des incendies criminels de magasins dans cette région ont également provoqué la mort de trois personnes, selon la police, et un musulman de 35 ans a été abattu par des hommes armés qui ont pris la fuite. Il n’a pas été possible de savoir si ces attaques étaient coordonnées mais elles interviennent durant le mois de jeûne musulman du ramadan, pendant lequel la violence s’intensifie souvent dans le Sud. 6300 morts depuis 2004 Cette région de l’extrême sud de la Thaïlande est en proie à un conflit, oublié sur la scène internationale, qui a fait plus de 6 300 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans, soldats et civils, dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu’au début du XXe siècle. Les insurgés musulmans ne font pas partie d’un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent car ils estiment que leur ethnie malaise est discriminée dans un pays essentiellement bouddhiste. Les victimes du conflit sont principalement des civils. La population locale, notamment la minorité bouddhiste ou des musulmans occupant des fonctions administratives, est très souvent prise pour cible par les rebelles. Les forces de l’ordre sont quant à elles pointées du doigt par les ONG de défense

Continuer la lecture

Hong Kong: la police procède à des arrestations, nouveaux heurts

Des heurts entre policiers, manifestants et habitants de Hong Kong se poursuivaient samedi, 24 heures après le basculement dans la violence de la « révolution des parapluies ». Durant la nuit de vendredi à samedi, alors que les heurts de la journée de vendredi auraient fait 12 blessés, la police a procédé à 19 arrestations, dont celles de 8 individus soupçonnés de liens avec la Triade, la mafia chinoise. Depuis vendredi matin, des activistes pro-démocratie ont été pris à partie par des individus décrits par certains comme des « hommes de main »rémunérés par des habitants de l’île en colère. Ces derniers jugent que le mouvement étudiant met en péril l’économie locale. En une semaine, le mouvement contestataire s’est amplifié et a gagné de nouveaux quartiers, en particulier le quartier commerçant de Mongkok, situé face à l’île de Hong Kong, très fréquenté par les touristes chinois. Ces « fauteurs de trouble » qui s’en sont pris vendredi à de nombreux manifestants, auraient des connexions avec la mafia chinoise, et auraient été rémunérés pour mener leurs attaques. Le Financial Times cite une proposition financière de base, fixée à 300 dollars (environ 30 dollars) hongkongais pour les agitateurs – avec un bonus si des destructions ont effectivement lieu. Samedi, les forces de l’ordre tentaient de tenir les deux groupes à l’écart. Mais certains accusaient la police de ne pas intervenir suffisamment pour protéger les activistes pro-démocratie. Samedi matin, le nombre d’étudiants mobilisés dépassait largement celui de leurs assaillants, à Mongkok. À l’inverse, dans d’autres quartiers, le mouvement étudiant semblait s’essouffler. Des témoignages concordants ont par ailleurs fait état d’agressions sexuelles à l’encontre d’étudiantes dans plusieurs endroits de la ville, d’ordinaire considérée comme très sûre. Lire une première analyse à chaud du mouvement des parapluies sur le blog de Jean-Philippe Béja, dans le club de Mediapart. source : Mediapart

Continuer la lecture

Lutte des classes en Thaïlande

Préambule Je vous livre ici mon point de vue (personnel donc) sur ce qui se passe en Thaïlande depuis plusieurs années. D’abord ils vous faut oublier nos références « gauche » et « droite » (références de la Révolution française adoptées par le monde entier : à gauche de l’Assemblée révolutionnaire les Montagnards, à droite les Royalistes), elles n’existent pas en Thaïlande. Cependant on les retrouve dans les classes sociales concernées. Les informations que je vous livre ici sont pour partie sur le vif (échanges de Thaï avec moi, lecture du Bangkok Post, impressions et visuelles) et une sorte de bilan que j’en ai tiré personnellement après évolutions que je vous livre. ____________________________ La première fois que j’ai appris concrètement ce qui se passait en Thaïlande date de l’automne 2008 Voyant tous ces « braves gens » motivés, qui de plus, intéresses par la présence d’une Occidentale dans leur occupation m’ont donné une vidéo montrant les brutalités policières, j’ai eu de la sympathie pour eux, je trouvais leur gouvernement si brutal à leur égard que cela ne pouvait que forcer ma sympathie. Ces occupants montraient de plus une adhésion inconditionnelle au roi dont je n’avais que des informations orientées, mais ne le savais pas encore, : j’étais persuadé que ce roi, que tous les Thaïlandais vénéraient, ne voulait que le bien de sa population. J’avais entendu qu’il avait fait « du bien » à sa population. Tous ces gens n’avaient pas encore pris le nom de Chemises Jaunes. Le Jaune est la couleur préférée du roi c’est pourquoi ils l’adoptèrent quelques temps plus tard, dans un premier temps les partisans de ce courant politique portaient des teeshirts jaunes dans les rues. Au fil des années j’ai mieux connu les Thaïlandais, surtout par observations, car je ne connais pas un mot de leur langue et eux 3 mots d’anglais : il est

Continuer la lecture

Visa Indonésie a Bangkok : 60 jours

Pris en France la durée du visa pour Bali est de 60 jours (attention pas 2 mois !). Mais voila, je prends les visas au fil du temps. Dans un premier temps j’ai fait comme je fais toujours et qui me parait mieux informe que les forums ou on trouve de tout dont du je vais sur le site de l’ambassade de l’Indonésie a Bangkok. Ouhhh je lis 30 jours. Bon alors je vais à l’ambassade. Sur tous les panneaux c’est 30 jours. Je ne m’avoue toujours pas vaincue, je fais la queue pour le guichet. Après l’attente, devant le guichet je présente mon passeport tout en posant ma question : « combien de jours ? » on me répond illico : « vous êtes Française, donc 60 jours » comme quoi. Cependant il faut fournir le billet de sortie du territoire indonésien et 45 $, prix fixe quelle que soit la durée. Donc direction internet site de Air Asia. Mais c’est pas si simple. je me demande, obsédée des comptes que je suis, si ce serait pas plus économique de rentrer directement en France. Après recherches de plusieurs heures sur différents moteurs de moteurs… et de site… et de toute façon j’ai pas les sous pour « investir » dans le billet retour maintenant ! Enfin bon je trouve un aller Denpassar>BKK a 85 E. et donc je repars de BKK vers la France. Aux dernières nouvelles je cherche encore le meilleur prix pour un vol BKK Paris (soit autour de 400 Euros), que je prendrai plutôt au dernier moment et je me dépêcherai de les gagner (pas au loto) en France. Je retourne à l’ambassade, re-queue je fournis tout, y compris les deux pages de questions (avez-vous des mauvaises intentions de violence, d’attentat en Indonésie… il parait que pour les EU il est pose

Continuer la lecture